L’objet magique

Photo du texte que j'ai écrit pour un groupe d'écriture.
Participation

‘Essayez-le madame, vous verrez, c’est incroyable, c’est pas cher, seulement dix euros.’
‘Mais qu’est-ce qu’il fait ce truc ?’
‘Faites-moi confiance, je ne peux pas vous en dire plus car ça dépend des besoins de chacun.’
Dix euros, effectivement, ce n’est pas trop cher et au lieu de manger plein de chocolats aujourd’hui, je vais me laisser tenter par cette offre. ‘Allez, je le prends !’
Arrivée chez moi, je mets le sac sur mon bureau, je m’assieds et je le fixe durant plusieurs secondes avant de me décider à ouvrir le paquet. C’est une petite boîte en plastique rigide, opaque. Je sors un petit cube qui fait la moitié de l’emballage. Il est en métal. À peine mis dans ma main, l’objet fond et disparaît sous ma peau… je suis prise de panique, je crie, je secoue ma main et la frotte comme pour retirer l’intrus. Puis je me sens fatiguée, très fatiguée, je me couche sur le sol… une voix m’appelle, m’exhorte à parler et je m’exécute : ‘Mes amis, je suis heureuse d’être parmi vous, je viens d’arriver sur votre planète alors soyez indulgents si je fais quelques erreurs car je ne connais pas encore vos coutumes.’ Quelqu’un me tire par la manche et m’amène dans les coulisses du théâtre : ‘il faut leur dire que tu es leur chef.’ Moi, chef mais de quoi ?
Je reviens devant eux et je leur dis que je suis leur chef et en moins de deux, me voici encerclée par une foule en délire, je suis soulevée dans les airs et me retrouve suspendue à un lustre. Sous mon poids, il se décroche et je passe de bras en bras puis je suis piétinée et j’entends : ‘Sorcière, on ne veut pas de chef !’ J’étouffe…
Lorsque je reviens à moi, je suis allongée sur le sol de mon salon et j’entends à la radio : ‘…cette nouvelle planète est peut-être celle qui va sauver l’humanité, nous faisons appel aux volontaires mais sachez qu’à votre retour, il se peut que vous ne soyez plus tout à fait pareil.’ Un peu sonnée, je me relève. J’ai l’impression qu’il vient de se passer quelque chose… tout à coup, j’entends crier derrière moi, je me retourne et vois une femme brandissant un couteau en tendant les bras vers moi : ‘qui êtes-vous, que faites-vous ici, n’approchez pas !’ ‘Aline, c’est moi’ ‘Je ne vous connais pas.’
‘Aline, je suis ta mère’… ‘Vous n’êtes pas ma mère!’ ‘Tu es née le 07 juillet à Nantes, tu as 18 ans, tu…’
‘Ok, ok, mais vous n’êtes pas ma mère, vous ne lui ressemblez pas’
‘Donne-moi un miroir’…
Je ne suis plus moi, je ne me ressemble plus effectivement, c’est une histoire de fous…
‘Attendez, mais je vous connais madame, vous êtes Hélène Lami !
‘ Moi, Hélène Lami, mon idole, l’écrivain la plus populaire de ces dix dernières années, moi, Hélène Lami !… Ce petit bout de métal m’a fait devenir Hélène Lami donc, grâce à lui, j’ai réalisé mon rêve d’être écrivain !
Que m’avait dit le vendeur déjà ? ‘Faites-moi confiance, je ne peux pas vous en dire plus car ça dépend des besoins de chacun.’

Bon pour le moral

Olivier Cechman

Livre écrit par Olivier Cechman : 'La vie folle,folle, folle d'Ena Pinsky, une fille très en forme(s).

Un livre que je n’ai pas encore lu mais dont un lecteur m’a dit avoir vécu d’excellents moments de rigolade avec et étant donné l’époque que nous vivons, il faut se refiler les bons plans, n’est-ce pas ?
Rien que la couverture présage du meilleur et comme le contenu est à priori aussi pétillant, go go go les amis !

L’autonomie en solo

Wonderwoman existe !

La chaîne You Tube de Vénus ma vie hors réseau

Cette jeune femme est fascinante ! Elle vit seule, avec son fils, à 1000 mètres d’altitude. Son parcours est vraiment celui du combattant, faut quand même avoir la niaque pour faire tout ce qu’elle fait en solo ! Et puis elle est trop marrante, naturelle, parfois avec des sacrés coups de gueule. Bref, une super découverte !

Le potager de Vénus

Jeune femme minimaliste

Libre et sauvage

Tel est le nom de la chaîne de cette artiste sensible et solitaire. Ces vidéos sont des bouffées d’oxygène et de rêve ! Elle est jeune, elle est belle, elle est simple, elle est saine et j’avais envie de vous partager ce coup de cœur. J’ai mis le lien sur la photo et ICI

Chaîne sur la vie d'Orlane Paquet 'libre et sauvage'
Chaîne d’Orlane Paquet

Le plan

Challenge Écriture 2020 – #15 (22.04.2020)

Challenge d'écriture
Challenge d’écriture

Je vous propose d’écrire une lettre – destinée à être postée ou pas – et qui révèle un secret. Hâte de vous lire!

***

En passant devant la table de la cuisine, Nadine voit une feuille pliée, entre les tasses de café et les miettes de brioche. Elle est un peu déchirée et tachée. Elle est curieuse et aimerait bien savoir ce que c’est mais elle se dit que ce ne serait pas bien de lire. Au même moment, la porte d’entrée s’ouvre et instinctivement, elle met le papier dans sa poche. Sa mère entre en trombe et s’arrête en voyant sa fille. L’adolescente et elle se regardent. Cette dernière est visiblement tourmentée. Elle devrait être au travail à cette heure-ci.
« Nadine, tu n’as rien vu sur la table ? »
« Quoi maman ? »
« J’ai laissé tomber un papier en cherchant mes clés tout à l’heure. Enfin, je crois. »
Nadine observe sa mère qui semble nerveuse.
« Non, j’ai rien vu. C’est important ? ».
Évasivement, elle lui répond : « C’est pour le travail… Bon, je repars, je suis déjà en retard. »
Et elle tourne les talons sans un regard.
Nadine plonge la main dans sa poche et froisse le bout de papier entre ses doigts. Puisque personne ne sait qu’elle l’a, elle pourrait jeter un œil et le dissimuler ensuite sous le réfrigérateur, ou le meuble de l’évier.
La maison est vide. Son petit frère est à la crèche depuis longtemps, son père l’a déposé en partant, lui aussi, travailler. Elle a encore deux heures devant elle avant le début du premier cours et le collège est tout près.
Après avoir jeté un regard par la fenêtre, elle se ressert un verre de jus de fruits et s’assied. Elle sort la feuille et la pose en face d’elle. Un peu honteuse de fouiner, elle la déplie et voit un dessin. Plutôt un plan et des mesures un peu partout. Un bâtiment avec plein de fenêtres, de portes, d’ouvertures diverses.
« C’est quoi ce truc ? Pour son travail ? Elle est sur un projet de construction ? ». C’est possible, sa mère est architecte. Elle aurait dû lui donner tout à l’heure, pourquoi l’a-t-elle caché, c’est idiot. Elle décide de l’appeler. Elle se lève pour aller chercher son portable et sa manche renverse le verre, à moitié plein, sur le papier.
« Merde ! ». Elle se précipite pour attraper une serviette et éponger au mieux le liquide et tout à coup, elle voit apparaître, par dessus les chiffres, sur les traits des portes et des fenêtres, des mots. L’écriture est plus claire mais lisible. Tout à fait lisible. Elle prend la lettre avec ses deux mains et l’approche de ses yeux pour bien voir les phrases :
« Je t’attendrai aussi longtemps qu’il faudra… Si tu voyais comme le Mexique est super… Je t’aime si fort… Mon frère est peut-être riche mais c’est moi le père… Je suis sûr que tu m’aimes toujours… Souviens-toi de tous nos moments passés… Tu ne peux pas l’aimer plus que moi… Nadine devra bien le savoir un jour… Tout le monde doit connaître ses vrais parents… Tu sais bien toi pourquoi je suis parti si loin… Hervé t’a épousé sans savoir… Ma fille me ressemble pourtant… »
Nadine ne pouvait plus lire. Elle tremblait tellement que les mots sautaient et elle n’arrivait plus à déchiffrer mais elle avait compris. Son père, Hervé, n’est pas son père. William, le frère d’Hervé n’est pas son oncle mais son père.
Douze ans. Douze ans qu’elle vit avec sa mère et son oncle.
Mais pourquoi sa mère était avec son oncle avant ? Enfin, son père ? Et pourquoi elle a épousé son père ? Enfin, son oncle ?
Dix fois, Nadine a relu les phrases pour être sûre d’avoir compris. Aucun doute, elle a même vu une signature : William.
Le ciel lui est tombé sur la tête.
Elle déchire le papier. Elle en fait des confettis. Elle met le tout dans la serviette en papier et jette dans la poubelle.
Elle doit d’abord réfléchir avant de décider.