Vendredi 05 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Vague céleste

Ventilation au maximum sur le réchauffé… éloigner les mauvaises ondes et les ritournelles au drelin drelin déprimants. Mettre le cap direction santé mentale, les cinq sens sont parfois trompeurs… Mars et ça repart ? Vitamines et ça continue !
S’il faut vivre encore plusieurs années, qu’elles soient de la meilleure trempe et profitables à tous points de vue. Un mille-pattes n’en a pas mille, un fait réel ne l’est peut-être pas… Regarder de plus près et vaincre déjà sur soi et un grand pas sera accompli…

Jeudi 04 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Humeur céleste

Jeu de mains, jeu de vilains. En disant cela, il vit, au même moment, le coup partir tout droit vers sa tête. Déséquilibré par le choc, il tomba sur le sol. Quatre points de suture sur l’arcade sourcilière. Ce qui ne devait être qu’une rixe joviale finit en règlement de comptes. En se réveillant, la tête dans les brumes, ensuqué, il avait l’impression d’être un marsouin. Il resterait chez lui, tranquillement, il n’avait guère l’envie de recroiser des phalanges provocatrices… en plein dans le mille, elles avaient atterri, aidées peut-être par le vin généreusement servi ce soir-là. Et un jeu de mains, jeu de vilains…

Mercredi 03 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Touches célestes

Mercerie ouverte chaque matin à partir de dix heures, moment creux de la journée, avant la cohue des créatifs. Cette boutique malle pleine de trésors, avec les diverses fournitures pour ravir chaque envie. Flâner durant trois heures est un minimum pour faire le tour de ses atours. Depuis le mois dernier, un magasin a fleuri à Marseille, après celui de Paris. Jamais deux sans trois, énonce le dicton… Quelle prochaine ville sera l’heureuse élue ? Un si chouette millésime mérite d’être connu de tous. Parfois, la recherche d’un article est vain mais c’est rare. Et un service aux petits oignons des vendeurs le déniche rapidement.

Mardi 02 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Aigue-marine céleste

Marsupilami enflammait l’imagination du petit garçon qui finit sa lecture, referma le livre et sortit en courant. D’ici demain, il avait le temps de rassembler tous ses vêtements pour partir à l’aventure, lui aussi. Maman serait triste mais elle comprendrait plus tard. Il serait bien allé sur Mars mais c’était trop loin, alors, il choisit de commencer son voyage en rendant visite à sa grand-mère. Ça le mettrait en jambes et ce n’était pas loin. Mille pas et vingt et un, seulement. Il est tout petit encore, il ne peut pas faire comme son ami de bande dessinée !

Lundi 01 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Niveau céleste

Linge sorti du tambour et étendu sur le séchoir. Puis nettoyage des taches rebelles du sol avec du dissolvant. Il fallait bien cela pour enlever toute trace du carnage de la veille car, la chère dame, en prenant le gros plat de lasagnes, avait glissé sur un jouet qui traînait et, sans mal physique, avait repeint ses vêtements et éclaboussé le lino. Tout mielleux et penaud, le petit garçon s’était réfugié dans les jupons de sa mère, la voisine invitée par charité. Fusillé du regard par la maîtresse de maison, elle cherchait dans ce visage angélique un indice de sa perfidie ou de sa bonne foi… Adieu lasagnes, bonjour spaghetti au beurre, en remplacement. Ah, si elle avait pu l’envoyer sur Mars, ce mioche ! Elle qui avait passé l’après-midi aux fourneaux, voilà que la préparation finissait lamentablement. Pas de regards admiratifs avec l’arrivée du plat, qui devait être triomphante. Non, à la place, ce fut des oh de surprise effrayée. Mille stigmates de sauce ornaient la cuisinière qui courut nettoyer ses cheveux et changer de tenue. En essayant de se rattraper à la desserte, la bouteille de vin, ouverte pour décanter, avait déclaré forfait… et mouillé la nappe et les serviettes en… papier. Un repas qui resterait dans sa mémoire les jours suivants…

Dimanche 28 février 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
De là-haut

Divine comédie en actes, agréable moment comme les manches d’une partie de tennis. Long cheminement de sentiments, vindicte et pardon. Des huit personnages, la jeune fée, qui change les vrilles en clés de coffres-forts, est la pièce maîtresse de l’histoire jouée. De mille rebondissements, le spectateur est témoin. Vint le dénouement surprenant et un triomphe !

Samedi 27 février 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Grisé céleste

Sagesse… des dents ? Non, l’autre… Fini tout cela, la folie menace chacun, directement ou pas, franchement ou pas, avouée ou pas… Vint un événement et un autre puis un autre, encore et encore. Cette succession, plus ou moins heureuse, fait vriller la raison, la logique, la… sagesse. Et alors, quoi de plus normal ? C’est fou et c’est normal… Normalement. De jour en jour, mille pensées, mille gestes, mille anecdotes de sa disparition… Vingt-et-unième siècle, un désastre.

Vendredi 26 février 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Logis

Vantail de bois massif sur une façade de maison à Dreux. Dans le jardin, quelques figurines de différentes formes agrémentent la pelouse. Un lot de statues orientales, pour vingt-six euros, bordent chaque côté du portail. Au-dessus de la porte d’entrée trône un auvent, fait en verre et orné de lierre, il part en vrille avec le temps et laisse passer quelques gouttes de pluie. Les enfants et petits enfants sont partis depuis longtemps, à mille lieues de leur grand-mère. Vins et spiritueux des diners d’antan ne sont plus servis. Un souvenir…

Jeudi 25 février 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Banderole céleste

Jeux interdits… Faits divers et d’été, de printemps et d’automne… Vingt cinq par jour… Des faits récents ou pas… L’humain part en vrille… Ou l’est depuis toujours… Éviers d’eaux sales qui débordent… De scandales avérés ou non, mille visages défigurés… Vingt ans, trente ans, cinquante ou plus, tellement de résonances… Évidences niées, cachées… Un égout sans fond…

Mercredi 24 février 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Un ange passe

Merci nouveau jour ensoleillé qui aide le sourire à fleurir sur les visages semblant moins marqués et creusés par les divers soucis. En vingt minutes et quelques secondes, peut-être quatre, la féerie buccale s’installe… parfois franchement, parfois en vrille mais le mouvement est là. Et sitôt la naissance, les yeux suivent et l’éclat de l’ensemble scintillent de mille promesses tout comme le ferait le vin pétillant. Et un joli feu d’artifice.