Mardi 04 mai 2021

Photo du ciel de Patricia Saccaggi. Paréidolie.

Barbapapa


Marre des obligations de tous poils. Et dire que je me croyais un être libre, quelle idiotie, lorsque je n’ai que des miettes. Allons, pas de jérémiades, il y a plus malheureux aux quatre coins du monde. Certes. Soit. Donc, on la boucle… mais quand même… chut. Regarder le ciel, écouter les oiseaux, de quoi te plains-tu ? Certes. Soit. Mille petites choses manquent à l’appel, quand même mais chut. Sacré crénom de vindieu ! Être un lilliputien parmi des géants du rien…

Lundi 03 mai 2021

Photo du ciel de Patricia Saccaggi. Paréidolie.

Bleu et bleu


Linge sale lavé en famille, dit-on. Jamais deux sans trois, dit-on aussi. Et plein d’autres expressions, plus ou moins exactes. Mais à tort ou à raison, les mots restent des mots, à chacun de voir ceux qui lui conviennent. Mille versions existent. Il faut boire le vin lorsqu’il est tiré… et un tiens vaut mieux que deux tu l’auras…

Dimanche 02 mai 2021

Photo du ciel de Patricia Saccaggi. Paréidolie.

Confrontation


Disette sur tous les plans, mendiants sans chemiseDevoir se priver par faute de moyens et non par faute d’envie. Mais alors, comment relancer le moteur étouffé ? De quelle sorte d’esprit peut surgir mille indices d’espoir pour vaincre les pensées négatives ? Et un embryon de nouvel élan ?

Samedi 01 mai 2021

Photo du ciel de Patricia Saccaggi. Paréidolie.
Cheminée céleste

La cheminée


Ça va ? Meuhhh, répond la vache. Dis-moi, tu ne t’ennuies pas dans ton champ, toute seule ? que je lui lance en prenant la même mimique qu’elle. Mièvre, elle me regarde en beuglant. Je continue à la singer et je m’avance un peu. Elle se met à gratter le sol, de la terre gicle, mille petits grains s’envolent. Vindiou se met à tonner le fermier, sorti du hangar, et encore un petit garnement qui vient tourmenter ma bête !

Vendredi 30 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Balafre céleste

Vampires et fantômes, jouer des castagnettes avec les genoux et faire drelin drelin en tirant la sonnette d’alarme, quelle frousse ! Se divertir avec un film comique plutôt que se faire peur. Trente euros le duo de films, un d’épouvante, l’autre d’humour. Havre de cris et havre de rires, ils sont tout aussi forts. Deux heures et demie après, en mille morceaux, les mouchoirs en papier ayant essuyé les larmes, vinrent échouer dans la poubelle et recouvrir le cd un peu flippant…

Jeudi 29 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Rayon céleste

Jeu de l’oie, direction nostalgie avec mémé. Vingt fois, elle m’a fait le coup de reculer son pion au lieu d’avancer. Toutes les neuf cases, il y a une oie. Ah, qu’est-ce qu’on a pu rire ! D’avril en avril suivant, on se régalait. De super bons souvenirs, avec mille détails, vinrent me visiter. J’ai été tellement bien avec elle. Un instant parmi plein d’autres…

Mercredi 28 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Duo coloré

Mérimée et sa Carmen, le creuset d’un futur opéra célèbre. Une divine bohémienne. Presque vingt-huit adaptations cinématographiques. Un havre de paix que d’écouter sopranos et ténors, ils sont de toute beauté avec l’or de leurs voix. Or qui scintille de mille feux… de l’embrasement aidé par le vin. Et un nouvel acte.

Mardi 27 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Éventail céleste

Marécage urbain, dîme de survie… Vaincre la frustration en cette période… Havre de paix qui part en pet… Il ne fait pas un pli qu’il faut se plier… De son plein gré n’est plus d’actualité. Millésime en voie de disparition, en vain l’indépendance. Étendard pour la liberté piétinée, Instants abimés…

Lundi 26 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Projections célestes

Limpide explication est rare, très rare. Disons qu’elle est souvent tronquée, travestie, alambiquée ou tue. Vindicte pour un oui et un non. Si l’objection et le débat sont nécessaires, encore faut-il écouter et accepter l’adversité respectueuse sans partir en vrille. De malentendu en précipitation, mille incidents, voire plus, gangrènent. Il est vain et impossible, me semble-t-il, d’espérer une accalmie…

Dimanche 25 avril 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Big bang

Distinction de la belle qui se dandine sur ses aiguilles. Les manches de son gilet viennent s’échouer sur ses fines mains. Chemin faisant, la demoiselle rencontre le bon. Vint l’attraction entre eux, leur cinq sens en éveil. Une balade en duo, sur le havre, pour s’apprivoiser. Ils conclurent un rendez-vous prochain, à l’abri des regards. Sans plus de questions de part et d’autre, la chose est alors convenue mais mille précautions furent nécessaires pour se préserver de problèmes conjugaux respectifs. Vingt-et-une heures, un petit week-end, de bonheur fugace…