La petite phrase qui trotte

Dessin que j'ai fait au stylo et photoshopé.
Ça trotte

J’ai raté ma vie mais je m’aime… comme une ritournelle, dans la tête et le cœur. Je suis lucide, c’est un bon point. Un bon point de départ pour peut-être, je dis bien peut-être, inverser la tendance. Chi lo sa, chi puo dire questo ?
Mais non, ne dis pas ça Patricia, allons, allons ! Si, je le dis et je le maintiens, très cher. Si je me réfère à la pyramide de Maslow, le ‘triangle’ des Bermudes… euh non, le triangle des besoins, je coche uniquement la case première, somme toute, la base, ce qui est énorme bien évidemment car tout le monde n’a pas cette chance, c’est entendu et rien que pour ça, je devrais avoir honte de l’ouvrir… ah bon, alors, j’arrête là, par décence ?
Je ne suis pas en train de pleurnicher, je réserve ça à mon psy, seulement présentement, je m’interroge tout de même. Puis-je le faire, m’interroger ?
Car, enfin, la gente dame qui écrit ces mots a 54 printemps et, me semble-t-il, ce n’est pas tout jeune. Ok, ce n’est pas tout vieux non plus mais ça fait un paquet d’années au compteur, je peux même dire des heures de vol au compteur si ce n’était pas connoté…
Donc, je disais, 54 piges… mazette ! Ne suis-je pas censée avoir mari, maison, ancienneté pro, finance, projet, en un mot, le package ‘réussite’ d’une vie rangée et ‘normale’ ? Tandis qu’après état des lieux, c’est la déconfiture de chez déconfiture. Alors oui, la ‘demoiselle’ a bien quelques velléités et prétentions à la hausse, dont ces deux vocables restent dans la région encéphale sans concrétisations vérifiables et probantes…
J’entends, en double son, la petite voix : ‘mais que va t-on faire de toi ma pov’ fille ? Que feras-tu quand tu seras grande ? Quel avenir te prépares-tu ?… Euh, oups, flûte, durant quelques instants, j’ai remonté le temps…
Mais que s’est-il passé ? N’ai-je pas vu le temps défiler et la situation péricliter, perdurer, ou devrais-je plutôt employer le pluriel ?
Je me retrouve comme une môme qui aurait cassée ces jouets et crierait qu’elle s’ennuie et que personne ne s’occupe d’elle…
Et puis cet argent qui est le nœud du problème, celui par qui tous les maux arrivent, celui qui dicte sa loi sur tous les toits, qui impose sa suprématie et fait tourner en rond même le carré ! Parce qu’enfin, il me faut l’avouer, s’il n’était indispensable pour la survie et la vie, tout roulerait comme sur des roulettes bien roulées, je peux le garantir, et pas seulement pour ma petite personne.
Alors, pour finir parce qu’il faut bien finir cette diarrhée, oui, j’ai raté ma vie jusqu’à aujourd’hui car tout peut changer demain. Ou pas. Et comme dit Magic System : « Tant qu’y a la vie, tant qu’y a la vie, on dit toujours y a l’espoir… »
Je ne sais pas comment rebondir, comment sortir du piège dans lequel je suis tombée avec mon consentement mais tant que je ne suis pas morte, il reste l’espoir…

Et vous, où en êtes-vous ?

Magic System

Effervescence !

Le combat qui se passe en soi
Esquisse que j'ai faite au stylo et que j'ai colorisé via Photoshop.
Robots

Le temps est à l’orage !
Le couvercle fait déborder le contenu de la casserole, ça bout trop fort !
Que se passe-t-il ?
L’atelier sur le sens de la vie et le sens du travail, via la cité des métiers m’a remué. Avec des hauts et des bas.
Chez le psychiatre, j’ai passé la demi-heure à pleurer. À un moment, je ne pouvais plus respirer (cela m’est arrivé deux soirs de suite et bonjour la panique). Et tout ça pour un évènement qui s’est passé il y a plus de 30 ans et qui n’avait pas d’impact sur moi lorsque je pouvais l’évoquer au cours d’une discussion. À tel point qu’on a programmé de nouvelles séances d’EMDR afin d’évacuer ce blocage qui me bouffe de l’intérieur.
Ce n’était pas du tout prévu car quelques heures avant de partir, même une seule, je n’aurais pas imaginé me mettre dans cet état.
Un autre fait qui a certainement joué aussi est qu’il y a des cambriolages dans mon immeuble. On avait subi déjà cela il y a plusieurs mois puis ça s’était calmé et ça recommence. Je venais d’avoir l’appel d’un voisin qui est aussi un ami.
J’ai l’impression qu’un concours de circonstances est en train de me sauter à la tronche : le braquage, toutes les démarches pour trouver (ENFIN) ma voie professionnelle, l’insécurité, les petites actions que j’ai mises en place pour être actrice de ma vie puis ce passé qui ressurgit puissance 10…
Je veux m’en aller de ce Paris qui m’insupporte, je veux redonner un sens qui me sied aux jours qui se succèdent…

Et vous, comment faites-vous, que traversez-vous, quels sont vos traumas ?