Association de malfaiseurs

Être

Dessin que j'ai fait au crayon papier puis mis en scène via Illustrator.
Création
Malfaiteurs ? Non. Malfaisants ? Non.
Malfaiseurs, malêtreurs. Oui. Pour vous, pour nous, pour eux.
Si nous nous donnions la main, tous nuls, impuissants, pauvres d’argent et d’opportunités que nous sommes, ça ferait une gigantesque farandole !
Nous, riches d’idées et de créations, nous pourrions devenir une communauté, une collectivité de faiseurs de bien-être, dans le bien-être et pour notre bien-être.
Tous nos : je suis nul, je suis incapable, je ne sais rien faire, je ne sais pas vivre, je n’y arriverai pas, que nous croyons valables que pour notre gouverne, à notre aune, deviendraient une force commune.
C’est quoi une vie ? Comment devons-nous la vivre ? Existe t-il un mode d’emploi perdu ? Pourquoi, pour qui, où, quand, comment ? À chacun sa définition, à chacun ses filtres, à chacun sa tranche de vie… Plusieurs tronçons, mis bout à bout, forment le chemin entier.
Où es-tu, peintre esseulé, sans confiance, sans galerie, sans présent ni avenir ? Où es-tu, auteur sans lecteurs qui arrache tes écrits anonymes ? Où êtes-vous, faiseurs de tout médium et de toute texture qui végétez dans la médiocrité ? Où suis-je dans le dédale cannibal de l’échec ?
Reconnaissons-nous, réunissons-nous, créons-nous par nos faire durs comme fer, et sans nous taire, nos mains façonnent les poumons de la Terre.

Pièce de théâtre Art

L’amitié sur fond blanc…

Image de la pièce de théâtre Art de yasmina Reza.

C’est une sublime pièce de théâtre ciselée, de Yasmina Reza. La version originelle est jouée par Pierre Arditi, Fabrice Luchini et Pierre Vaneck. Je l’ai écouté et regardé une bonne dizaine de fois, c’est admirable !

Un 5 à 7 ?

Challenge Ecriture Semaine #5

Challenge d'écriture de Marie Kléber
Challenge d’écriture de Marie Kléber

Consigne : Vous pouvez écrire un ou plusieurs haïkus, sur le thème au choix (comme suggéré par Marie) du printemps ou de la nuit (ou les deux!)

*

1
L’étoile qui luit
Sur la toile si noire
Je fais un vœu fou !

2
Bientôt les bourgeons
Vont montrer leur majesté
Sous nos sourires

Arenniste

Un prénom et un nom

Esquisse de portée de mes créations pour illustrer mon chant.
Portefolio
Je suis une rêveuse, une grande rêveuse. Je vis par procuration. Je vis par procuration, par les chaînes de nomades et d'autonomes, par les pièces de théâtre. Je vis à travers la vie des autres, à travers les projets et les objectifs des autres, à travers leurs mouvements et leurs paroles. Je choisis ces vies 'procuratives'.
Mais ma vie à moi, où est-elle ? Et c'est quoi ma vie ?
Je suis qui d'abord, hormis ce prénom et ce nom qui m'ont été donnés ?
Je suis qui d'abord, hormis cette naissance qui est arrivée un jour, un mois, une année, qui est arrivée par un père et par une mère, dans un milieu, dans une famille, dans un endroit ?
Pourquoi, pour qui, comment ?
Pourquoi, pour qui, comment ?
Bah… bah…
J'ai le où, j'ai le quand mais je n'ai pas le pourquoi ni le comment et le comment du pourquoi ou le pourquoi du comment.
Et puis, est-ce bien nécessaire en fait de le savoir ?
Et puis, est-ce bien nécessaire en fait de le savoir ?
Je pense que ce qui est important, enfin à mes yeux, pour moi, c'est ce qui est là, maintenant, tout de suite, ce qui est, tout de suite, ce qui est, ce que je vois, ce que je sens, ce que j'entends, ce que je goûte, ce que je crois. Et je crois que c'est surtout ce que je crois.
Ce que je crois sur moi, sur l'autre, sur la Vie.
Ce que je crois sur moi, sur l'autre, sur la Vie.
Alors, si je me réfère à ce que je crois, eh bien, je crois, enfin je dis bien je crois être une artiste. Je crois être une artiste.
Une artiste, ah le grand mot que voici ! une artiste, ah le grand mot que voici ! artiste ! artiste ! artiste. C'est joli comme mot. Pompeux mais joli. Et puis artiste, l'art en iste. L'art en iste. En fait, c'est ça, je suis une ar en iste, je suis une ar en iste.
Une arenniste je suis. Art en iste… Une arenniste je suis. Art en iste…
Bon, connue seulement par moi, bon, et par quelques rares proches puis d'autres moins proches, et qui sont plus, bien plus, éloignés ou très éloignés géographiquement mais tout, tout, tout près virtuellement… mais tout, tout, tout près virtuellement…
C'est vous, c'est vous, oui c'est vous à qui je montre mes productions imaginaires, mes lâchés/jetés/crachés, mes lâchés/jetés/crachés, je suis une arenniste en lâchés/jetés/crachés, je suis une arenniste en lâchés/jetés/crachés, sur du papier, sur des toiles, sur du carton. Avec des crayons, des crayons à papier, des crayons de couleurs, des crayons feutres, stylos à bille, de la peinture, des marqueurs et des collages.
Et puis, il y a les mots, les jeux de mots, les associations d'idées, plus ou moins voulus, plus ou moins pensés.
Un mot qui fait résonnance avec un autre, un mot qui rebondit sur un autre, un mot qui chute, un mot qui tombe, un mot qui heurte, un mot qui cogne ou qui caresse.
Les souvenirs, les espoirs, les projections…
La notion du temps disparaît, je suis absorbée alors par le faire et je suis dans ce faire, être et faire qui sont souvent dissociés et souvent même, opposés.
Bah non, bah non, bah pas du tout, non pas du tout !
Moi je pense que je suis vraiment lorsque je fais, lorsque je fais ces créations.
Moi je pense que je suis vraiment lorsque je fais, lorsque je fais ces créations.
Il n'y a plus de : 'et, ou, mais, quoi, comment, pourquoi, et si, et patati et patata, bla bla bla'.
Non, non, non, non, non, non ! Il y a le médium, moi et ce qu'on crée tous les deux ou alors il y a moi, le médium et ce qu'on crée tous les deux.
Durant quelques gouttes de minutes.
Ou une pluie de quelques heures.
Je suis juste ce que j'aime faire. Je suis juste ce que j'aime faire.
Je suis juste ça. Je suis juste ça. Je suis juste ça.
Je suis ça.
Peut-être même qu'il n'y a plus de je…

C’est le bouquet !

Challenge Ecriture Semaine #4

Challenge d'écriture de Marie Kléber
Challenge d’écriture de Marie Kléber

– T’as vu Manon comme ces fleurs sont jolies, je cueillerais bien un bouquet pour ma mère.
– Bah tu sais que t’as pas le droit, c’est un site protégé comme on dit.
– T’as qu’à faire le guet. Tiens, si quelqu’un arrive, tu tousses fort OK ?
– Ça va pas non, j’ai pas envie de me faire engueuler moi !
– Quelle froussarde j’te jure ! C’est l’anni de ma mère demain et j’ai pas de sous pour lui acheter un truc, allez, sois sympa !
– Non que j’te dis !
– OK, alors prête-moi cinq euros, j’irai chez fourfouille.
– J’ai pas d’argent moi non plus… attends, j’ai une idée, fais-lui un dessin avec ton imagination, ça c’est cool !
– Je sais pas dessiner d’abord et puis j’ai pas très envie, ça prend du temps.
– Moi, c’est c’que je f’rai quand ça s’ra l’anni de la mienne et c’est la semaine prochaine. Fais de l’abstrait, t’as pas besoin de connaître le dessin.
– Ah oui, comme les trucs loufoques qu’on voit à la télé… l’art qu’ils disent.
Elles éclatent de rire et Carla cherche du papier et un crayon dans ses poches.
Des garçons de leur âge arrivent par l’allée située derrière elles. Manon sent une présence et se retourne. Elle fait volte-face vivement en faisant un signe de croix et chuchote à Carla :
– Oh là là, te retourne pas hein mais y a Kévin qui arrive, j’ai tellement peur qu’il me voit !
– Pourquoi ?
– Parce que… parce que je lui ai piqué vingt euros hier dans son blouson pour ach’ter un cadeau à ma mère et j’crois qu’il m’a vu…
Carla la regarde, stupéfaite et choquée. Elle se lève et fonce sur les fleurs en les arrachant presque toutes puis elle part en courant.

La note

La la la

Esquisse que j'ai faite pour illustrer mon chant.
Bam pouf paf !
Une note de musique c'est fantastique et c'est magique
Et plusieurs notes ça dépote
Quand c'est complet sur les portées
Et que toutes les clés sont nées
Dans les couplets fredonnés
On rajoute le refrain et c'est carton plein
La chanson quels que soient la façon et le ton
Donne des frissons et le ronron aux chatons
Elle fait sourire par ses dires
Et elle fait rire par son délire
Dans un album en bubble gum
Chanté par l'homme sorti d'un somme
Et sans le sum il donne son maximum
Hum Hum Hum
Il est au summum du delirium
Une chanson c'est fantastique et c'est magique
La La La La La La La La La
La La La La La
Une chanson c'est fantastique et c'est magique
La La La La La La La La La
La La La La La !

Bien plus visible

Challenge Ecriture Semaine #3

Challenge d'écriture de Marie Kléber
Challenge d’écriture de Marie Kléber

Il ne voyait plus qu’en flou artistique. Non pas que sa vue devenait déficiente, c’était son choix. Les contours bien dessinés, les couleurs franches et nettes, les images proprettes et sans équivoque ne l’intéressaient plus. C’était banal.
Alors que d’un bout de truc brouillé, il naissait des formes de toutes sortes et il pouvait créer des personnages dans des histoires et des histoires pour des personnages. Là, il y avait du terreau vitaminé, de la matière pour boyaux de la tête. Alors, il traquait, dans les magazines, internet ou en 3D, tous ces trésors. Et plus il les voyait, plus il contait. C’était devenu sa marotte, son essentiel. Et puis, il s’amusait comme un fou – comme un flou – de faire tourner les autres en bourrique avec ces élucubrations.
Le flou, encore du flou, toujours le flou !

Les gosiers

Cui-cui

Esquisse d'oiseau que j'ai faite pour illustrer mon chant.
Cuicui
Un concert de gosiers volants
Qui ne manquent pas d'air
Suspendus en l'air
Les chanteurs piaillant
En chœur et avec cœur
De bon matin avec entrain
Parlent à notre âme sœur
C'est un grand festin
Pour nous humains
Enfin si l'on aime bien
Ces petits bruits
Les doux cuicuis
Les gazouillis
Allez, encore un couplet !

Le bitume au vestiaire

Challenge Ecriture semaine #2

Challenge d'écriture de Marie Kléber
Challenge d’écriture de Marie Kléber

Voyez comme il est nécessaire de construire un stade dans le quartier afin que les jeunes, et les moins jeunes, puissent jouer au football, ailleurs que sur les routes. Si vous tenez vraiment à eux, ne laissez pas les choses en l’état. Nous sommes quelques-uns maintenant à dénoncer le laxisme ambiant de la mairie. Il serait temps d’y mettre fin.
Pendant que le dimanche matin, les élus ou les futurs élus vont quémander de nouvelles voix sur le marché, nos enfants n’ont que la rue pour s’adonner au plaisir du ballon.
Si, comme moi, comme nous, vous souhaitez de meilleures conditions de loisirs, envoyez vos commentaires, vos avis et abonnez-vous sur notre page pour que nous soyons entendus et qu’enfin, la plaisanterie cesse.
Merci à tous nos lecteurs, la balle est dans votre camp !

Le crocodile

Jaune et vert

Esquisse que j'ai faite pour illustrer mon chant.
Crocodile perlé
Quand j'étais enfant
J'avais fait un crocodile
Tout en perles
Jaune pour le dessous
Et vert au dessus
Il était en 3D
C'était mon jouet
Tout petit
Rikiki
Mais joli
Et gentil
Puis il a grandi
Et moi aussi
Et c'en fut fini
Du crocodile infantile
Tout distendu
Et que j'ai perdu